Le conservatoire Frédéric Chopin vous a présenté la neuvième édition du Weekend de Clavier Contemporain. Une fois de plus, ce festival de musique contemporaine pour piano s'inscrit dans le paysage musical de Paris sous le signe de la diversité en répondant avec son esprit résolument indépendant par la promotion de musiques et compositeurs qui méritent votre attention.


Cette année a vu la rencontre entre nos jeunes musiciens et deux grandes personnalités marquantes de notre pays, Betsy Jolas et Jean-Jacques Werner. Ce sont deux compositeurs qui depuis des années se sont battus pour la défense d'une musique non consacrée par les habitudes culturelles du public.


Cette tâche, difficile, n'est pas terminée et ne le sera dans un avenir envisageable. Mais elle est indispensable dans un monde préfabriqué aux idées toutes faites où la musique industrielle inonde notre silence et nos esprits par sa pollution sucrée. Nous avons pu  entendre aussi des manifestations venues d'autres rivages : l'école de Condé (école d'art appliqué et de graphisme dirigée par Dominique Beccaria, partenaire du conservatoire dans l'action « Mélanger nos encres ») nous accompagne dans une oeuvre pluri-artistique qui explore l'espace par le corps, la voix, l'esprit et les choses.


Mais c'est progressivement dans le jazz que nous avons cherché notre inspiration cette année. David Patrois, vibraphoniste à la réputation internationale et Rémi Masunaga, pianiste et compositrice, ont fait équipe pour nous présenter le samedi 13 février 2016 sous un jour nouveau la musique de Jean-Sébastien Bach dans leur spectacle « Variations Goldberg ». A travers eux et en réponse à la lucarne consacrée à la musique inspirée par lui lors du concert du samedi après-midi « Satie se fait », le jazz, cet art si difficile à quantifier, nous a invité à la découverte.


Toujours discret, le jazz montre un aspect important du langage musical qui nous possède. Reflet et miroir de notre passé, il tisse un présent sonore en rattrapant les fils de notre mémoire pour nous créer de nouveaux chemins de pensée musicale certes éloignés de la composition formelle mais néanmoins source d'inspiration pour des générations de compositeurs passés et présents.


Nous vous avons espéré nombreux ; vous l'étiez. Tout d'abord parce que le présent est notre affaire. Mais aussi pour montrer aux jeunes musiciens qui vont venir que l'art n'est pas une image de la réalité mais la réalité elle-même. Nous sommes entrés, depuis le 13 novembre, dans une ère où il est important de promouvoir notre patrimoine. Qui commence aujourd'hui.


Peter Vizard
Directeur du conservatoire

 

Pour télécharger le programme, merci d'appuyer sur l'image.

Renseignements à l'adresse suivante :

WECC@conservatoirechopin.com

 

 

 

 

WECC 2016
 
© 2016 Peter Vizard